Expo itinérante 2005 : la suppression du tram à Fribourg

vendredi 1er avril 2005
par  Thierry, webmaster
popularité : 45%

Il y a 40 ans...

31.3.1965 {JPEG}Le 31 mars 1965, les derniers trams parcouraient les rues de la ville de Fribourg. Comme dans beaucoup d’autres villes, le tram a dû faire place au trafic automobile croissant et était progressi-vement remplacé par des trolleybus.

Le tram avait marqué la mobilité dans la ville de Fribourg durant la première moitié du 20ème siècle. Entré par la grande porte en 1897, il a quitté la scène des transports, presque par la porte de secours, 67 ans plus tard.

Le but de cette exposition est d’entrer un peu plus dans le détail de la suppression du tram à Fribourg, les raisons, les différentes étapes de suppression, mais aussi les réactions de la population.

Quatre étapes y sont distinguées, illustrées par les thèmes suivants :

1. Le tram est trop cher
2. Le tram dérange
3. L’adieu au tram
4. Et après ?

Visitez nos sponsors !!!
logo_tpf.png, 9 kB logo_cutaf.png, 9 kB logo_clientis.png, 10 kB logo_eef.png, 10 kB
logo_hess.png, 0 kB



logo_loterieromande.gif, 0 kB

« Le tram est trop cher »

1947, 50 ans de la société des tramways de Fribourg. Dans un mémoire traitant de l’avenir du réseau TF, le Directeur Remy évoque le trolleybus comme nouveau moyen de transport moins cher que le tram, notamment pour la future desserte en transports publics du « nouveau » quartier du Jura.

JPEG - 26 ko
1951
Un des premiers trolleybus au pied du Schönberg (Coll. CTF)

1951, première suppression d’une ligne de tram. La desserte du quartier de la Vignettaz doit être renforcée. Les fortes déclivités interdisant l’usage de remorques, des courses supplémentaires doivent être intercalées. Là aussi, le trolleybus a été choisi, le tram nécessitant une adaptation de l’infrastructure (construction d’un évitement), et l’achat de motrices de trams adaptées au réseau. D’abord introduits en alternance avec les courses des trams en 1949, les trolleybus remplacent complètement le tram entre la Vignettaz et le pied du Schönberg (pont de Zaehringen) deux ans plus tard, alors qu’un chantier de réfection de toute la ligne Pérolles - St-Léonard se termine au bout de 8 ans de travaux

JPEG - 33.6 ko
1958 - la ligne de Grandfey bientôt supprimée
Coll. CTF

En 1958 la desserte de Grandfey est supprimée. Construite en 1913, cette ligne devait participer au développement espéré d’un futur quartier. Mais cette opération de « promotion immo-bilière » n’a pas été couronnée de succès, et la ligne demeurant fortement déficitaire est en fort mauvais état.

« Le tram dérange »

Dès 1957 premières réflexions sur le remplacement définitif du tram. Le trafic individuel a évolué massivement depuis la 2ème Guerre avec comme conséquence des routes de plus en plus chargées. Le tram est déclaré obstacle à la circulation libre des voitures, et les installations à la limite des possibilités d’utilisation nuisent au respect des horaires. La disposition des voies, correspondant aux libertés du début du 20ème siècle quand le tram était encore seul maître de la route (p. ex. circulation des trams à contre-sens à la route de Morat), n’a hélas pas été repensée lors de la réfection entreprise en 1946.

JPEG - 36.1 ko
1964
La place de la gare déjà encombrée (Coll. CTF)

En 1961, la situation devient urgente. Au niveau du matériel roulant, les derniers investissements remontent à 1913, le renouvellement complet des véhicules est devenu nécessaire, en raison du coût d’entretien croissant et de la faible capacité des voitures. Certains tronçons de voies sont à la limite d’usure, certains rails datant encore de 1912 n’avaient pas été remplacés lors des travaux de réfection de 1946-1951, mais simplement bétonnés dans une nouvelle fondation.

JPEG - 32.2 ko
1964
Le tram vit ses derniers mois. Une avenue de Pérolles inchangée quasiment depuis lors.

Le 15 mars 1961 le conseil d’administration des TF approuve le remplacement du service de tramway sur la dernière ligne. Cette décision correspond aussi a l’air du temps, à l’image de bien des autres villes ayant aussi commencé le démantèlement de leur réseau. Mais aussi quelques voix critiques se lèvent dans la presse.

L’adieu du tram

JPEG - 35.6 ko
31.3.1965 - Le dernier tram a vif succès !
Coll CTF

Le 31 mars 1965 est le dernier jour.

Un tram décoré avec des drapeaux porte un panneau vantant les « mérites » obtenus durant 69 ans. En plus des fribourgeois, des photographes de toute la Suisse affluent pour immortaliser une dernière fois les petites motrices dans les rues escarpées de Fribourg.

L’exploitation entre le Tilleul et le Cimetière est remplacée par un autobus déjà dans l’après-midi, afin de finaliser la mise en place de la nouvelle ligne aérienne pour les trolleybus à la rue de Morat.

La dernière course est loin de pouvoir respecter l’horaire. A chaque coin de rue des gens assistent à la scène, à la rue de Lau-sanne une fanfare accompagne le passage du dernier tram, le personnel est convié à une fête marquant la fin de cette époque.

JPEG - 33.6 ko
31.3.1965
Cortège avec fanfare pour le dernier tram (coll CTF)

Et après ?

Le 1 avril 1965, les trolleybus entrent en service entre Pérolles et le Cimetière de St-Léonard. La date permet aux quotidiens de lancer quelques blagues, comme l’annonce de la mise en place dans l’après-midi des motrices de tramway sur le toit du bâtiment des finances pour y servir comme locaux d’archivage... Les commerçants de la rue de Lausanne complètent leur publicité avec la mention « rue sans trams ». Sur Pé-rolles on se plaint de la suppression de places de parcs pour aménager des arrêts du bus le long du trottoir. On raconte aussi que nombreux fribourgeois ne se sont pas levés à l’heure ce matin, à cause de l’absence du crissement des trams faisant ha-bituellement office de réveil.

JPEG - 32.5 ko
Actuel
Le tram No 5 vit une retraite active sur une ligne touristique dans le nord de la France. (Coll CTF)

Sur les treize voitures de tram, seules quatre sont démolies peu après leur retrait, les autres sont cédées à des musées suisses ou étrangers, des écoles pour leurs places de jeu et à un entre-preneur pour en faire une baraque de chantier.

L’enlèvement des rails a duré de nombreuses années, ceux de la rue de Lausanne l’ont été seulement lors de l’aménagement de la rue piétonne en 1991. Alors que l’imposante halle Ritter est dynamitée en 1991 afin de laisser la place à l’université, le dé-pôt du Bourg construit en 1900 est rénové en 1997 (espace Tinguely).

Le calendrier :

Nous vous avons dévoilé ci-dessus quelques textes et images de l’exposition. Mais n’hésitez pas, venez faire une petite visite dans notre autobus, une vidéo présentant des vues des années 1960, de nombreuses images, des objets anciens provenant aux tramways, et bien sûr les renseignements fournis par nos spécialistes vous y attendent !

Mercredi 30 mars Vernissage de l’exposition à Guin, en présence du dernier tram conservé actuellement sur sol fribourgeois 19h30-20h30
Samedi 2 avril Exposition à la place G. Python 9h-17h
Samedi 30 avril Exposition au Tilleul (place de la Grenette) 9h-17h
Samedi 28 mai Exposition à la rue de Romont 9h-17h
Vendredi 12 au dimanche 14 octobre Exposition dans le cadre de la manifestation Rail-Expo à Nyon
Vendredi 25 au dimanche 27 novembre Exposition dans le cadre de la FAMA (Fête de l’artisanat et du modélisme amateur) à Bulle.

Visitez nos sponsors !!!
logo_tpf.png, 9 kB logo_cutaf.png, 9 kB logo_clientis.png, 10 kB logo_eef.png, 10 kB
logo_hess.png, 0 kB


logo_loterieromande.gif, 0 kB