Le tram no 1 ?

mercredi 30 janvier 2013
par  Thierry, webmaster
popularité : 32%

(page en construction)

Bref descriptif du tram :

Le tram TF Ce 2/2 no 1, construit en 1897, fait partie de la toute première série de quatre unités à l’origine de l’introduction des trams à Fribourg. Il est actuellement conservé au Musée des transports de Paris (AMTUIR). Or, l’AMTUIR est contrainte de réduire sa collection par manque de place. C’est pourquoi, elle a contacté notre association pour une cession de la motrice, qui est en parfait état de conservation.

JPEG - 55.5 ko
Tram 1 à Paris (HE)

L’histoire de la motrice no 1

Les 3 premières automotrices sont destinées à desservir la toute première ligne de tram, reliant la gare avec le quartier du bourg, décentré et situé en contre-bas par rapport à la gare. Construites par Rathgeber, elles arrivent de Munich en juin 1897. Fourni par la Société de l’Industrie Electrique Genevoise (IEG), leur équipement électrique est aussitôt installé sur place. Un petit dépôt provisoire est installé à proximité de l’ancienne gare CFF. Les essais eurent lieu dès le 6 juillet. Après quelques soucis avec l’efficacité des freins dans la forte pente de la rue de Lausanne, l’inauguration s’en suivit le 27 juillet sous une pluie battante.

Au cours de leur longue carrière, ces motrices ont bénéficié de relativement peu de modifications. Après quelques années (vers 1904-1909) les plateformes seront fermées et équipées de portes (et pas seulement équipées d’un simple vitrage comme il se faisait ailleurs), afin de les rendre un peu plus compatibles avec notre climat. S’en suivent quelques petites adaptations techniques au niveau de la sécurité (frein magnétique dès 1911 en remplacement du frein à griffes, système de "l’homme mort" dès 1929). Dans les années 1930, les extrémités de la caisse seront transformées, avec une esthétique mieux intégrée à l’ensemble de la caisse. Contrairement à ce qu’il se produit dans d’autres villes, les motrices conserveront leurs deux moteurs de 25 CV et leur faible empattement de 1,55 m., et assureront ainsi un service quotidien jusqu’en avril 1965, date de l’abandon des trams à Fribourg.

A l’instar d’une bonne moitié du parc, la carrière de la motrice no 1 ne s’arrêta pas à la fermeture du réseau ferré. Les TF se sont souciés de confier leurs vieux trams à qui le veut bien, afin d’en assurer la pérénité. C’est ainsi que le tout jeune musée Blonay-Chamby a récupéré 2 motrices, les nos 1 et 7. Elles furent entreposées à l’air libre d’abord à Bulle, puis à Châtel-St-Denis. Finalement la première fut cédée au musée parisien des transports, l’AMTUIR, qui la restaura esthétiquement, et l’intégra dans sa collection de trams suisses, visitable dans un ancien dépôt de la RATP à Saint-Mandé, et ceci pour de nombreuses années.

Malheureusement, le site de Saint-Mandé a du être libéré, et toute la collection fut répartie sur deux sites éloignés, non visitables pour le public. Ces entrepôts provisoires devant à leur tour être libérés, et dans la perspective de pouvoir à nouveau un jour exploiter un musée, l’AMTUIR doit se résoudre à réduire drastiquement sa belle collection, à commencer par la plupart des tramways étrangers. C’est ainsi que le CTF, et d’autres associations, ont été sollicités pour assurer un avenir aux voitures concernées.