Au pied du Mont-Blanc

Ligne Martigny - Châtelard - St-Gervais
mardi 1er octobre 2002
par  Thierry, webmaster
popularité : 25%

En collaboration avec l’ANAT, le CTF a organisé une excursion durant le Week-end du Jeûne fédéral (15 et 16 septembre 2001) dont la ligne internationale Martigny - Le Châtelard - St-Gervais constituait l’épine dorsale.
Le programme de deux jours prévoyait de nombreuses et spectaculaires visites mais n’a attiré que 10 personnes (4 de l’ANAT, 3 du CTF et 3 membres communs aux deux associations) dont 5 sont restées pour le second jour.
Si la première journée était une réussite totale, la seconde a malheureusement été gâchée par une météo pas très charitable, ainsi que le plan "Vigie pirate" des français, mis sur pied suite aux tristes attentats du 11 septembre.

En train historique entre Martigny et Vernayaz

<PIC|P9150004_full|right>A notre arrivée à Martigny, nous étions accueillis par M. Jaquier, président de l’association des Amis du Train Historique de la vallée du Trient.

Fondée à la fin de 1995, cette association sauvegarde l’ancien matériel roulant du Martigny - Châtelard (MC). En 1997, elle inaugurait son nouveau dépôt derrière la gare de Martigny, en même temps qu’elle recevait ses 2 premières automotrices datant respectivement de 1909 et 1921. En 1998 deux voitures pilotes de 1908 les ont rejoint après une exode de 4 ans au chemin de fer de la Mure. D’autres véhicules appartenant à l’association ou au MC complètent la collection.

<PIC|P9150014_full.jpg|justify>
L’arrivée tardive du train de Lausanne ne nous a malheureusement pas permis de visiter le dépôt de l’association et la seconde automotrice. Mais une superbe rame historique du MC nous attendait pour un petit parcours jusqu’à Vernayaz (dépôt MC).

Visite du dépôt et des ateliers du MC et parcours en voiture salon

Au dépôt du MC nous avons été saisis par le contraste entre l’ancien atelier d’origine et le nouveau destiné à l’entretien des nouvelles rames franco-suisses. Il fallait faire vite, car le train régulier suivant devait nous embarquer dans sa voiture salon dans laquelle un apéro nous a été offert.

<PIC|P9150023_full.jpg|justify>

Les 3 attractions du lac d’Emosson

1. "Le funiculaire le plus raide du monde"

<PIC|P7190016_full.jpg|right>Tout d’abord nous avons emprunté l’impressionnant funiculaire Châtelard - Château-d’eau, dont sa pente de 87% lui honore du titre du funi "le plus raide du monde". Vers les 3/4 du parcours nous avons brutalement buté contre un curieux wagon à ballast qui nous accompagnera jusqu’en haut pour augmenter le poids du convoi montant (compensation du poids du câble jusqu’à la cabine inférieure). Toute cette installation a été construite en 1920 pour les besoins de la construction du barrage de Barberine.

2. Le petit train panoramique

Ensuite c’était au tour du petit train panoramique de nous emmener vers le pied du barrage en 10 minutes. Il a été reconstruit à l’écartement de 60 cm en 1975 sur la plate-forme de l’ancien train à vapeur construit en même temps que le funiculaire. Il est exploité principalement avec des locomotives électriques à accumulateurs dont le bruit et la mise en marche rappelle curieusement nos vieux tramways.
<PIC|P7190011_full.jpg|justify>

3. Le minifunic et le barrage

Enfin nous avons atteint le sommet du barrage d’Emosson en 2 minutes grâce à un court mais non moins impressionnant "Minifunic" construit en 1991, et accusant tout de même une pente de 73%. Il était presque 14h et nos estomacs manifestaient. Certains ont opté pour un pique-nique au grand air, d’autres pour le resto à l’ambiance enfumée et bruyamment agrémentée d’un accordéon.
<PIC|P9150034_full.jpg|justify>

Visite du musée CFF dans l’usine électrique du Châtelard

<PIC|P9150054_full.jpg|right>Après un retour tout aussi impressionnant, nous voici devant la porte de l’usine du Châtelard, faisant partie du complexe de Barberine construit en 1919 et 1924. Officiellement il n’y a pas de visite guidées dans l’après-midi, mais un électricien bien sympa nous a rapidement montré la salle des turbines. Une partie de l’usine est consacrée à une exposition de divers objets anciens en rapport avec la production et la distribution de l’électricité. Après le groupe s’est séparé, les uns rentrant vers leur domicile, les autres continuant sur leur lancée en direction de la station thermale le Fayet (F) où nous avons dormi dans un bon hôtel avant de découvrir le Tramway du Mont-Blanc.

Second jour : le tramway du Mont-Blanc

<PIC|P7200021_full.jpg|justify>
<PIC|P9160121.JPG|right>Au petit matin, ce fut un peu la course pour rejoindre le TMB, inauguré en 1909, pour une montée pittoresque de 1h15. Les automotrices datent de l’électrification en 1956 et les poteaux en bois supportent une caténaire de tramway alimentée en … 25’000 Volts !

La montée, ambiance particulière

Malheureusement la météo n’est pas optimiste et nous ne sommes pas restés longtemps dehors du train au terminus à 2380 m d’altitude. Cette station en pleine montée est bien inattendue, au débouché d’un tunnel. La 1ère guerre mondiale a mis un terme à cet ambitieux projet, le tracé est visible encore sur quelques mètres, mais le sommet du Mt Blanc est encore bien loin.
<PIC|P9160102_full.jpg|justify>

Centenaire du St-Gervais - Vallorcine

Une fête était prévue pour les 100 ans du St-Gervais-Vallorcine, mais tout a été annulé à cause des tristes événements du 11 septembre.

Nous avons également renoncé au chemin de fer du Montevers, en raison d’une météo de moins en moins encourageante.