Bientôt un grand trou dans la ligne de contact trolleybus

samedi 23 avril 2005
popularité : 32%

Bimode TF no 102
sur la "bretelle" av. de la Gare - St-Pierre dans un décor hivernal (tp/1999)

Alors que le quartier des Dailles va bientôt inaugurer l’électrification de sa ligne, voici une nettement moins bonne nouvelle pour les défenseurs du trolleybus.

La construction des salles de cinéma sous le "triangle des Bermudes" (les 3 carrefours entre Tivoli (Temple), l’av. de la Gare et la rue St-Pierre) va très bientôt démarrer. Ces salles étant souterraines et en liaison avec la galerie de Manor, un grand trou va chambouler ce noeud central de la ville durant 2 ans.

Comme le veut la tradition, les TPF vont donc tout prochainement donc ressortir leur (bonne) vieille tenaille pour couper tous les fils du secteur, coûteusement installés il n’y a même pas 10 ans (en 1996 précisément), voir même 3 ans pour le raccordement de la ligne 3 (et déjà inutilisé depuis l’horaire de décembre 2004). D’ailleurs ils viennent d’installer des "chapeaux d’emperchement" à la gare direction Pérolles et Moncor. (La dernière coupure du même genre date de 1993-1995, lors la "piétonisation" de la rue de Romont).

La boucle de retournement de Pérolles n’étant toujours pas adaptée, d’avance il est possible de craindre pour la bonne patience des conducteurs TPF de la ligne 3 aux heures de pointes pour empercher/dépercher 6 fois en 20 minutes : dépercher à St-Pierre, empercher à la gare, dépercher aux Charmettes, empercher 10 mètres devant les feux de St-Paul, dépercher à la gare, empercher à St-Pierre.

A l’issue des travaux, la bretelle directe av. de la Gare - rue St-Pierre ne sera pas rétablie, le trafic sera totalement concentré au petit giratoire près du temple/Manor.

Amis photographes trolleybussophyles, dépêchez-vous donc d’immortaliser les derniers mouvements de perche dans le triangle des Bermudes avant 2 ans, et pour toujours pour dans la bretelle !

Construction du parking sous la route des Alpes
Une année avant la venue des bimodes, un fait plus jamais renouvelé à Fribourg : une ligne de contact provisoire sur un tracé tout aussi provisoire ! (RG, août 1988)

Pour comparer, voici à droite ce que l’on pouvait (devait) encore réaliser en 1988 à Fribourg...

Voir également la photo du mois