La petite histoire illustrée des tramways fribourgeois

lundi 10 février 2003
par  Thierry, webmaster
popularité : 41%

En 1862, en raison de la situation topographique de la région, les ingénieurs des chemins de fer furent obligés d’implanter la future gare de Fribourg à la périphérie de la ville, qui se concentrait à cette époque autour du quartier du bourg (près de la cathédrale). Non seulement ce quartier était éloigné de la gare, mais une forte dénivellation séparait les deux zones d’intérêt. Ainsi fut née l’idée d’un tramway à Fribourg, et la concession pour une première ligne entre la Gare et le Grand Pont Suspendu (actuel pont Zaehringen) fut octroyée le 17 juin 1896.

<PIC|1897_premiertram.jpg|right>Les travaux commencèrent le 19 avril 1897. Seulement 3 mois plus tard les fribourgeois ont pu admirer les premières voitures de tramway lors des courses d’essai. Le 27 juillet 1897, les fribourgeois ont fêté sous une pluie battante la mise en service de leur tramway. Cette première ligne de 1,3 Km coûta la bagatelle de 121’700 francs, y compris les 3 automotrices. Rapidement une 4ème motrice fut nécessaire et livrée en 1898.

Les premières ambitions

La concession prévoyait déjà les lignes de Pérolles (1,3 Km) et Beauregard (0,7 Km). Ces deux lignes furent ouvertes le 14 juin 1900.

<PIC|1900_tr5_beauregard.jpg|justify>

Deux motrices supplémentaires durent être acquises ; le dépôt provisoire sis devant la gare, devenant trop petit, fut remplacé durant la même année par une confortable bâtisse construite entre les églises de Notre-Dame et des Cordeliers. Ce nouveau bâtiment permettant d’abriter 8 motrices existe toujours aujourd’hui (actuellement Espace Tinguely).

<PIC|1900_depot_bourg.jpg|justify>

En 1904 déjà, les nouvelles motrices 7 et 8 furent commandées pour renforcer le service.

Pénibles extensions

Entre 1912 et 1913, après d’interminables discussions, le réseau fut prolongé jusqu’au cimetière de St-Léonard (1,6 Km) et même jusqu’au pont de Grandfey au moyen d’un embranchement de 1,3 Km ! Parallèlement aux discussions des extensions du réseau, la colonne vertébrale du réseau (Tilleul - Gare) vit sa voie enfin doublée.

<PIC|1913_tr12_etatorig.jpg|right>Ces extensions nécessitèrent la mise en service de nouvelles voitures : les "grandes motrices" nos 9 à 13 (9200 mm de long. et 45 places) firent leur apparition en 1913. Pour les remiser, un dépôt provisoire fut construit à St-Léonard, à l’emplacement de l’actuelle patinoire.

La destination de Grandfey constituait la première ligne suburbaine d’un réseau qui devait s’étendre vers les communes et quartiers voisins du centre : les Daillettes, Givisiez, Gambach, Tavel, Marly... Malheureusement la crise des années 1910-1920 a réglé définitivement le sort de tous ces rêves. Il faut dire aussi que l’autobus, meilleur marché et plus souple, fit sa première apparition en 1903 dans les rues de Fribourg en direction de la Singine.

<PIC|1955_grandfey.jpg|justify>

Lorsque la desserte du quartier des Daillettes fut envisagée, le projet du trolleybus Fribourg - Farvagny passant au même endroit a obtenu la préférence de la ville de Fribourg. Ainsi le premier trolleybus de Suisse entra en service en 1912.

<PIC|1912_FF_passage_niveau_glane.jpg|justify>

En 1924 les tramways purent tous s’installer dans la halle Ritter sur le plateau de Pérolles, un bâtiment nettement plus spacieux acquis par la compagnie Fribourg - Morat - Anet. La même année, la ligne du Grand-Pont fut prolongée sur le pont de Zaehringen nouvellement construit.

<PIC|1964_depot_perolles.jpg|justify>

L’apogée et le déclin face au trolleybus

Le réseau des trams atteignit son apogée en 1936 avec une prolongation de ligne Beauregard - Vignettaz (300 m). Cependant cette apogée n’aura pas duré, la compagnie décidant d’introduire progressivement l’exploitation par trolleybus et de concentrer l’exploitation ferroviaire sur l’axe Pérolles - St-Léonard. A cette fin, toute la ligne fut quand même reconstruite ; ce chantier débuté en 1946 dura 5 ans.

JPEG - 64.8 ko

<PIC|vetra_zaehringen_zoom.jpg|right>Le 31 janvier 1949 une nouvelle ligne de trolleybus desservant le quartier du Jura fut inaugurée. Dès 15 mai 1949 ces nouveaux engins desservirent aussi la ligne Vignettaz - Tilleul en exploitation mixte avec les tramways. Dès le 2 avril 1951, les trolleybus reprirent toute l’exploitation de la ligne Vignettaz - Pont-Zaehringen, qui fut prolongée le 1er octobre 1959 jusque sur les hauts du Schönberg.

La ligne de Grandfey fut abandonnée le 1er mai 1958, son faible rendement ne justifiait plus les travaux de remise en état devisés à 4’000 frs. Une navette entre Vignettaz et Moncor, exploitée par un autobus loué, vit le jour le 1er octobre 1964.

La fin des tramways

<PIC|1965f_tram_et_saurer.jpg|right>Dès 1960, le débat est ouvert quant à l’avenir de la dernière ligne des tramways. L’automobile se faisait de plus en plus envahissante, et le trolleybus était la mode. La voie, pourtant renouvelée 10 à 15 ans auparavant, était en piteux état et les motrices encore robuste, mais trop petites.

La décision finale est tombée le 15 mars 1961. La commune cautionnera un prêt de plus de 2 millions de francs pour la conversion de l’exploitation. La Société des Tramways reçoit un nouveau nom à la fin de 1964 : « Société des Transports en commun de Fribourg et environs ». Dès le 1er avril 1965, 10 nouveaux trolleybus accompagnés de 10 engins plus anciens accomplissent l’intégralité du service TF (hormis la navette de Moncor).

<PIC|1965y_dernier_tram.jpg|justify>Les 13 motrices - même les toutes premières âgées de 68 ans - sont toutes restées sur le réseau jusqu’au dernier jour. Parmi elles, 9 voitures ont trouvé une nouvelle affectation . Aujourd’hui, il en reste encore 6 dispersées à travers le monde... jusqu’aux USA !


Navigation

Mots-clés de l’article