Le trolleybus 30

Une pièce unique au monde
mardi 1er octobre 2002
par  Thierry, webmaster
popularité : 44%

Le trolleybus 30 de 1957, un Vetra-Berliet, a eu une vie mouvementée. Son aspect d’origine était alors très différent. Après avoir subi un grave accident en 1963, sa carrosserie fut entièrement reconstruite sur un modèle plus moderne. A la retraite depuis 1988, cette pièce unique est actuellement conservée par le CTF.

Son histoire

Etat d’origine de la série 29-30 (1966, terminus du Schönberg).
Photo J.-P. Cotting

En 1951, le réseau perd pour la première
fois une ligne de tramway : Vignettaz - Pont-de-Zaehringen. 1952 est la
première année où les trolleybus ont parcouru plus
de kilomètres que les trams.

En 1959, on devra prolonger la ligne du Pont de Zaehringen
jusqu’en haut du Schönberg (Chaley). Les TF ne possédaient
que 8 petits trolleybus VETRA VCR de 60 places, 2 véhicules de
plus grande capacité sont mis en service en 1957 : les VETRA VBBhf
29 et 30.


L’accident

1963 - l’accident qui l’aura sauvé de la démolission 17 ans plus tard

En 1963, le trolleybus 30 subit un grave accident
 : son chauffeur atteint d’un malaise perd la maitrise de véhicule,
et celui s’en va percuter l’angle d’un immeuble. Le bus, âgé
de 6 seulement, est conduit à la carrosserie Hess en Suisse pour
reconstuire toute la partie avant, mais selon le style des années
60.

6 ans plus tard, tous le reste de la caisse, atteinte
de corrosion, est reconstruite en aluminium selon le style des années
70 cette fois-ci, ce qui explique son apparance relativement moderne par
rapport à l’âge du véhicule.

Une direction asymétrique

1963-69 - partie avant reconstruite dans le style des années 60, le reste à l’état d’origine (photo J.-P. Cotting)

Ce véhicule resta par la suite toujours fidèle
à la ligne du Jura (3) pour la raison suivante : des éléments
de la direction ont du être remplacées suite à l’accident,
et il ne fut plus possible de trouver les pièces d’origine pour
ce modèle. On utilisa alors des éléments d’un autre
type de véhicule, ce qui fit que son rayon de braquage à
droite était beaucoup plus faible que celui de gauche. Il était
alors impossible de tourner au terminus de Pérolles - dont la boucle
du terminus tourne à droite - sans se retrouver de l’autre côté
de la route !!!

La fin du service

Automne 1988 - le trolleybus 30 dans son état final.

Malgré des avaries de plus en plus fréquentes,
dont certaines étaient importantes (rupture d’essieu arrière),
ce véhicule "increvable" a été maintenu
en service le plus longtemps possible. Pourtant en 1988 c’est la fin.
Non pas parce qu’il ne pouvait plus fonctionner, mais parce que les nouvelles
sous-stations électriques ne sont pas compatibles avec les véhicules
à récupération du courant de freinage. Cette fois,
c’était de trop !!! Pendant quelques mois, il restait assuré
et disponible pour d’éventuelles courses de renfort, ce qui n’ont
finalement jamais eu lieu.

 

Le trolleybus de service (dégrivrage) No
26 (petit Vétra) a d’ailleurs aussi été abandonné
à la même époque pour cette raison. C’était
les deux derniers Vétra en Suisse.

Le frère du trolleybus 30, le No 29, recevait
une révision totale en 1967, mais ne sera modernisé que
très partiellement, et sera déjà ferraillé
en 1980. Si le No 30 n’avait pas eu son accident, il aurait certainement
subi le même sort.


Ses caractéristiques

A
l’instar des trams Nos 9-13, ces 2 trolleybus ont apporté un renouveau
technologique : 3 portes, direction assistée, forte puissance ;
ce sont les premiers véhicules (trams et trolleybus) dont la caisse
est entièrement métallique. Ces véhicules infatiguables
ont été utilisés jusqu’à leurs limites, voir
même plus.

Caractéristiques d’origine :

  • Année de mise en service : 1957
  • Constructeur : Vétra-Berliet
  • Longueur : 10,695 m
  • Empattement : 5,58 m
  • Largeur : 2.50 m
  • Poids : 10’600 kg
  • Puissance : 130 CV
  • Vitesse max : 55 km/h
  • Places : 91 dont 23 assis

Après reconstruction de la caisse :

  • Carrosserie (alu) : Hess
  • Longueur : 10,93 m (+ 0,23 m)
  • Poids : 9’470 kg (- 1130 kg !!!)
  • Places : 90 dont 19 assises


Son sauvetage

La longue attente

janvier 1990 - les deux derniers "Vétra" en Suisse

Sitôt son retrait définitif du service en
1988, le trolleybus 30 a été garé de longues années
dans la cour inférieure du dépôt de Chandolan, en
compagnie du trolleybus 26 de 1948. Quelques associations françaises
et la nôtre s’intéressaient à ces 2 véhicules.
Finalement, l’AMITRAM à Lille s’est montrée la plus rapide,
et emporte le trolleybus 26 le 27.2.92 ; sa restauration a débuté
il y a quelques années.

A la suite de ce départ, le CTF entreprend des démarches
plus soutenues avec les TF pour la cause du trolleybus 30. L’idée
du CTF était de rénover et remettre ce véhicule en
état de marche sur le réseau des TF comme véhicule
historique pour des courses spéciales, ce qui a finalement été
refusé par l’exploitant. Pendant ce temps, l’engin était
victime des premiers actes de vandalisme : des intrus ont massacré
le tableau de bord et toutes les lampes à l’intérieur.

25.2.93 - les TF nous remorquent le trolleybus 30

L’Assemblée Générale Extraordinaire
du 28.11.92 a voté en faveur de la récupération du
trolleybus 30 en plus du tramway 10, et ce malgré les impossibilités
de faire rouler le trolleybus sur le réseau TF, et d’assurer la
sauvegarde simultanée des 2 véhicules dans de bonnes conditions.

Le 25.2.93, notre 30 est remorquée en direction
de Marly, sur un terrain de l’entreprise de transports Leipzig. Le premier
travail fut de démonter tout ce qui pouvait l’être à
l’extérieur (phares, rétroviseur, pare-chocs) pour minimiser
le vandalisme.

Une vie historique chahutée

Le 12.2.94, le terrain devant être libéré
pour faire la place à une construction, le bus a été
placé à proximité du tram 10 sur le terrain de l’entreprise
Bielman situé à quelques centaines de mètres.

Comme si ce trolleybus n’avait pas eu assez de malheurs,
un mois seulement après son second déménagement,
des jeunes vandales détruisent plus de la moitié des vitres
 : 10’000 FS de dégats.

Le 17.7.98, nouveau déménagement, en direction
de l’emplacement actuel à la Roche.


Son bilan de santé

Le soubassement du bus va nous réserver des surprises

En 1988, quand il était question de la reprise,
ce véhicule était en état de marche.

Sa carrosserie est très résistante du fait
de sa construction en aluminium, mais nécessite quelques travaux
de réparation et une nouvelle peinture. Cependant les longues années
passées à l’extérieur l’ont soumis à d’importants
actes de vandalisme, quasiment toutes les vitres devront être remplacées.

Au moment du contrôle avant la reprise, il était
difficile de juger de l’état du chassis en profondeur. Mais au
fil du temps, la rouille gagne du terrain et son état va devenir
préoccupant.


Sa rénovation

Nos deux véhicules sur leur emplacement précédant à Marly

Pour divers motifs techniques et juridiques, le trolleybus
30 est interdit de circulation sur le réseau TF depuis sa cession,
même après remise en état.

D’autre part sa carrosserie trop semblable aux trolleybus
Saurer, qui ont encore circulé en 2002, n’en fait pas encore un véhicule
historique aux yeux du public.

Notre équipe met donc la priorité sur
les autres véhicules, et limite les travaux sur ce bus au strict entretien nécessaire.
Il est conservé a l’extérieur sous une bâche.