le Gyrobus à Yverdon fêterait ses 50 ans

vendredi 24 octobre 2003
popularité : 21%

  • Auteur : Helmut Eichhorn
  • Date : 4 octobre 2003
  • Lieu : Yverdon

Non, ce n’est pas vraiment le retour du gyrobus à Yverdon. Mais à l’occasion du 50ème anniversaire de l’introduction de ce type de véhicule sur leur réseau, les Transports Vallée de Joux - Yverdon-les-Bains ont décidé de présenter au public, le samedi 4 octobre 2003, l’ultime (semble-t-il) exemplaire d’un gyrobus. A cette fin, le G.3, ex.-SNCV Gand - Meerelbeke et géré par le VLATAM (Vlaams Tram- en Autobusmuseum / Musée Flamand du Tram et de l’Autobus) fut transporté sur place par un camion, et sur lequel il se déplacera dans la ville d’Yverdon. Le
convoi sera intégré dans un cortège de bus historiques.

<PIC|rimg1587|bigsimple>
<PIC|rimg1611|bigsimple>

Historique

Texte paru dans www.litra.ch

Il y a 50 ans, le 1er octobre 1953, Yverdon fit la une des journaux en mettant en service deux gyrobus (une nouveauté mondiale !) sur la ligne Condémines - Bel-Air - Tuileries de Grandson, longue de 4,5 kilomètres. Le soir et durant les week-ends, quelques courses étaient prolongées jusqu’à Grandson.

Quelles étaient les particularités de ce système ? Les véhicules routiers, développés et construits par la fabrique de machines Oerlikon (MFO), devaient allier les avantages de la traction électrique à celui de ne pas être tributaire d’une ligne de contact. L’énergie était captée lors des arrêts par un dispositif spécial et accumulée à bord du véhicule au moyen d’un volant tournant à haute vitesse, tel celui d’un gyroscope. Les deux véhicules fonctionnèrent parfaitement, mais l’intérêt des usagers laissa à désirer. Après une phase enthousiaste, le nombre des passagers diminua de manière telle que le nombre des courses dû être progressivement réduit.

En raison de difficultés financières, ce service fut remplacé à partir du 1er novembre 1960 par un service de bus. Cette œuvre de pionnier fut donc un échec, nonobstant l’intérêt de cette solution du point de vue technique. Les efforts visant à vendre ces véhicules aux aéroports de Genève-Cointrin, de Bâle-Mulhouse et de Zurich-Kloten n’eurent pas plus de succès.